<< Retour à la liste d'Invités

Adolfo Doring : un cinéaste engagé



Interview d'Evelyne Jousset

DoringL’ère Bush s’achève, commence l’ère Obama, comment avez vous vécu ce moment ?

J’étais à New York, et c’était extraordinaire, cette fête… Obama se retrouve avec une énorme responsabilité, j’espère qu’il sera assez fort pour l’assumer. Si il ne tient pas ses promesses, il va décevoir beaucoup de monde à l’échelle planétaire. Pour être élu, il a fait naître l’espoir, il ne doit pas l’oublier.

Blind Spot, votre documentaire traite de la manière dont nous sommes aveuglés, au point de ne pas voir les dangers cachés que représente notre dépendance à l’énergie non renouvelable.

Bien que beaucoup de films traitant du sujet sont déjà sortis, ce film nous l’avons fait en co-production, car nous voulions interviewer des experts, aller très loin. Le pétrole est le centre de toutes les conversations.

Qu’avez-vous découvert ?

Beaucoup de choses. Il faut toujours compter des dangers cachés, c’est une leçon toute simple que j’ai apprise en faisant mes études de sociologie à l’Université de Columbia. Mais regarder et observer, ce n’est pas la même chose. Il faut regarder, observer et penser.  Un peu à la manière du photographe August Sander. Toutes les brillantes personnalités que nous avons rencontrées nous ont appris des millions de choses incroyables. Le fait que toute cette énergie a transformé l’Homme en un « produit » artificiel. Comme elle a rendu artificiels d’autres vies animales. Jusqu’à quand la planète va-t-elle pouvoir maintenir ces vies dans cette artificialité ?

Doring

Durant sa campagne, Obama n’a pas beaucoup parlé développement durable et écologie, que peut-on en attendre ?

Durant toute sa campagne électorale, le thème principal a été l’économie. Les gens chez nous veulent continuer à croire que le système actuel va durer toujours tel qu’il est. Avoir 5 enfants, dont chacun pourra conduire une grosse voiture et se rendre au centre commercial pour consommer de la même manière. Les politiciens pour se faire élire sont obligés de maintenir ce rêve (américain) vivant. Malheureusement, même si je l’apprécie énormément (Barack Obama), il est hors course. Par exemple, il a promis l’indépendance énergétique pour 2010. Il parle de charbon propre, ce qui n’existera probablement jamais. Il parle d’usines nucléaires, alors que les matériaux radioactifs pour les faire fonctionner deviennent  de plus en plus rares. J’espère qu’ils vont se recentrer sur les problèmes réels, et tenir compte de l’énergie renouvelable,  et pas avec l’éthanol, comme ils l’ont fait pour la production militaire durant la seconde guerre mondiale. Il a derrière lui des lobbies. Mais il aurait tout intérêt à construire des éoliennes et des panneaux solaires plutôt que des voitures qui consomment mieux, dont nous n’avons pas besoin.

Quelle est l’urgence ?

L’urgence selon moi est de mettre face à face les espérances humaines et les moyens pour les accomplir. Comment sérieusement inverser la courbe de natalité, car tout ce que l’on pourra faire de positif en matière d’écologie, sera réduit à néant s'il y a de plus en plus de pollution, si on est de plus en plus nombreux à conduire de grosses voitures et à consommer. La population mondiale n’est pas considérée comme une entité écologique, seul l’équilibre entre la faune et la flore l’est.  Or, nous respirons de l’oxygène et nous rejetons du CO2, alors que les plantes respirent du C02 et rejettent de l’oxygène. Le système est parfait, nos déchets doivent alimenter les usines, et vice versa.

Sommes-nous entrés dans l’ère post-industrielle ?

Doring

Je ne sais pas ce que cela signifie, ce que je sais, c’est que l’on entre dans l’ère post-industrielle lorsque l’on commence à se demander comment réparer les dégâts de l’industrialisation. Nous aurions dû avoir cette réflexion depuis longtemps. Aujourd’hui, tout dépend des considérations de production industrielle, seulement c’est moins visible ici qu’en Chine.

Blind Spot : visionner le trailer